La Thaïlande sur le point de vivre une grave Sécheresse

Selon l'”Office of National Water Resources” (“ONWR”, l’organisme de Gestion de l’Eau situé à Bangkok), il pourrait s’agir de la pire sécheresse saisonnière que traverse la Thaïlande depuis 4 décennies.

31 provinces (sur les 77 que composent le Royaume) sont visées par cette perturbation climatique hors norme.

En effet, commencée en Juillet dernier, le Royaume connaît une vague de chaleur particulièrement importante. 14 provinces du Centre, du Nord et du Nord-Est ont d’ores et déjà été déclarées en état sécheresse. Généralement, la Saison Sèche sévit à partir du 1ier Novembre dans ces zones et se prolonge jusqu’en Avril.

Cependant, aux dires des spécialistes, elle pourrait s’étendre jusqu’en Juin prochain.





Un nouveau problème est apparu dernièrement, du fait de la sécheresse : l’eau du robinet de Bangkok aurait un goût salé. Ce phénomène naturel s’expliquerait en raison de l’intrusion de la mer dans le débit affaibli du fleuve Chao Phraya, qui alimente en eau une grande partie du centre de la Thaïlande.

SÉCHERESSE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Déjà en Juillet 2019 (période de la Saison des Pluies), le niveau des précipitations sur ces régions était le plus bas enregistré depuis 10 ans, tandis que le niveau d’eau du Mékong a connu son plus bas depuis 1 siècle. Un certain nombre de bassins n’ont pas atteint les 30% de leurs capacités. En outre, le volume moyen des précipitations l’année dernière s’est révélé catastrophique (90 millimètres par mètre cube contre 300 millimètres en 2018).

Le changement climatique semblerait jouer un rôle prépondérant dans ce phénomène, couplé avec l’effet “El Niño”. Entre sécheresse et inondations selon les provinces (dues a des crues subites violentes favorisées par l’état du sol aride), le Pays du Sourire endure des épisodes de plus en plus fréquents avec des Températures largement au-dessus de la moyenne, sans compter la construction de nombreux barrages hydroélectriques dans le territoire et en amont dans les différents pays limitrophes du Royaume  (Laos, Chine…) qui assoiffent les terres environnantes, les rivières et les fleuves, (notamment, le Mékong et ses affluents).

D’après une étude conjointe effectuée par “Thailand Development Research Institute” (“TDRI”) et le “Centre Canadien International de Recherche sur le Développement”, ces phénomènes pourraient s’installer dans la durée et même s’intensifier.

Les récoltes des provinces du Centre, entourant la Chao Phraya seraient les plus durement touchées par cette sécheresse, du fait que la superficie des terres agricoles auraient augmenté de 3 millions de rai ces dernières années.

LES OUTILS POUR LUTTER CONTRE LA SÉCHERESSE

Il y a 2 ans, les autorités thaïlandaises ont créé l'”ONWR” pour répondre aux problèmes et défis liés à l’eau dans le Royaume. Cet organisme est en charge de la gestion des ressources en eau et de la coordination des politiques et des objectifs à travers 20 agences d’État. Il promeut, également, des cultures moins gourmandes en eau (à l’opposé du riz), tout en fournissant des emplois alternatifs pendant les périodes de sécheresse.

L'”ONWR” a proposé une compensation pour les agriculteurs qui sautent une année de plantation en raison de la sécheresse de cette année. Son objectif premier, tenter par tous les moyens de freiner le pompage de l’eau vers les terres agricoles, dans le but d’économiser l’eau pour la consommation humaine.

En Novembre dernier, le Gouvernement avait recommandé aux agriculteurs de 22 provinces de ne pas cultiver du riz hors saison, sous prétexte que la Thaïlande se retrouvait avec des niveaux d’eau très bas dans ses principaux réservoirs, tandis que la Saison Sèche débutait à peine.

Il y a quelques jours, le Gouvernement s’est adressé à la population pour l’inviter à réduire sa consommation d’eau, compte tenu de la sécheresse. Le Premier Ministre a demandé aux habitants du pays à économiser l’eau et à fermer tous les robinets, tout en réduisant le temps consacré au brossage des dents et celui de la douche d’une minute.

D’autres mesures ont été promulguées : demander aux agriculteurs à repousser la plantation du riz et à faire des réserves d’eau de pluie, inviter à une meilleure gestion des bassins et réservoirs du Royaume, envoyer des avions faiseurs de pluie dans le ciel, creuser des puits pour exploiter l’eau souterraine (par le passé, 524 puits auraient été ainsi déjà créés avec l’assistance de l’Armée Royale thaïlandaise et le “Département des Ressources en Eaux Souterraines”, tandis que 3 Milliards de Bahts (100 Millions de US Dollars) auraient été alloués pour de nouveaux forages et des canalisations destinés à pomper les eaux souterraines)…

Quoiqu’il en soit, les autorités thaïlandaises sont sur le qui-vive et ne souhaitent pas revivre les tourments de la sécheresse de 2015 qui avait été dramatique. A l’époque, la situation était telle que des soldats avaient été envoyés pour protéger les puits contre le pompage aveugle des villageois locaux qui irriguaient leurs fermes.

Wait and see…

Sources : LePetitJournal.com et Kohlidays

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Copyright - Jadea Co., td. Samui | website handcrafted with by Jadea-samui.com