10 Choses à savoir quand on conduit un(e) Scooter / Moto en Thaïlande

Les Scooters et les Motos sont le mode de transport le plus populaire en Thaïlande (surtout, les Scooters), comme dans la majeure partie de l’Asie du Sud-Est. Ils sont même dans certaines zones touristiques du Royaume l’un des “moteurs” des économies locales. La plupart de ces véhicules vont et viennent dans tous types de routes ou de sentiers, qu’ils soient plats ou en montée (notamment, dans les îles du style de l’archipel de Koh Samui).

Leur popularité vient du fait qu’ils sont, à la fois, incroyablement fiables et qu’on peut se déplacer en 2-Roues très facilement et rapidement dans le Royaume, surtout, quand la circulation est dense.

Cependant, conduire un(e) Scooter / Moto dans le Pays du Sourire peut aussi s’avérer dangereux, où le nombre d’accidents de la route est devenu une Crise de Santé Publique. Surtout, si on ne suit pas certaines règles de bons sens (respecter les limites de vitesse et le Code de la Route local, porter un casque, ne pas conduire en ayant bu plus que de raison).

Voici donc 10 Conseils pour rendre vos déplacements en Scooter / Moto plus sûrs et plus confortables en Thaïlande.









ICI, ON CONDUIT… A LA “THAÏE”

La première règle à savoir lorsqu’on est Français et que l’on conduit pour la première fois en Thaïlande (que ce soit un 2-Roues ou une voiture) : ici on roule à gauche (comme en Angleterre) ! Ajouter à cela, la manière très personnelle de conduire des Thaïs qui vont chacun à leur rythme (des fois très vite, des fois très lentement), mais qui font, surtout, ce qui leur chantent sur la route : doubler à gauche ou à droite ou dans un tournant sans prévenir, rouler en sens inverse de la marche, jaillir sur la voie principale sans se poser la question de savoir s’ils ont la priorité ou pas.

Enfin, il n’est pas rare de les voir monter à plusieurs sur un(e) Scooter / Moto (jusqu’à 5 personnes !) ou d’être au téléphone (leur grande passion), tout en conduisant ou de transporter toutes sortes de produits hétéroclites.

Autre règle à connaître : c’est le véhicule le plus imposant qui a la priorité. N’hésitez pas à klaxonner au moment de doubler (un coup suffira), roulez tranquillement (40 km à l’heure), et n’essayez pas de passer avant un camion.

EXERCEZ-VOUS AVANT

Si vous êtes novice dans la conduite d’un(e) Scooter / Moto ou si vous débutez dans la conduite de ce genre de véhicule en Thaïlande, ne vous jetez pas immédiatement sur une route très fréquentée.

Familiarisez-vous avec le véhicule dans des ruelles plus calmes et exercez-vous de manière graduelle à vitesse modérée. Cela vous permettra d’avoir votre engin en main et une idée plus précise des différences subtilités de la conduite dans le Royaume. Une fois que vous aurez une bonne maîtrise de votre véhicule, vous pourrez vous lancer pleinement dans la conduite et partager votre itinéraire avec des camions, des voitures, des bus et autres mini vans.

Un conseil, roulez sur le bas côté gauche de la route, vous ne serez pas en prise avec les gros véhicules.

SI VOUS N’ÊTES PAS SÛR(E), NE CONDUISEZ PAS !

Vous n’êtes jamais monté(e) sur un Scooter ou une Moto ? Vous ne conduisez pas ce type de véhicule dans votre pays d’origine ? Voilà 2 bonnes raisons de ne surtout pas débuter ce genre de chose en Thaïlande.

Premièrement, ce n’est pas parce que vos amis l’ont fait durant leur séjour dans le Royaume que vous devez vous sentir obligé(e) de le faire. Deuxièmement, vous avez 1 chance sur 2 d’avoir un accident : entre la peur et nervosité, vous confondrez (comme beaucoup dans ce cas) le frein et l’accélérateur. Non seulement, vous allez gâcher vos vacances si vous êtes blessé(e), mais cela risque de vous coûter cher en réparation.

Dites-vous qu’il existe d’autres Modes de Transport en Thaïlande : le vélo, le VTT, le Songthaew (le Taxi collectif), le “Taxi Meter”, la moto-Taxi… et, bien sûr, la marche (très bon pour la santé).

VÉRIFIEZ BIEN VOTRE ASSURANCE VOYAGE / SANTÉ

Chaque semaine, les médias locaux relatent toutes sorte d’histoires avec des touristes coincés dans des hôpitaux thaïlandais, victimes d’accidents de la route, et qui sont confrontés à des factures d’hospitalisation phénoménales et une compagnie d’assurance qui ne paiera pas un centime d’Euro pour la simple et bonne  raison qu’ils n’avaient pas de permis de conduire approprié. Ou pas d’assurance du tout (ce qui arrive malheureusement trop souvent).

Aussi, avant de partir en Thaïlande, contractez une Assurance Voyage ou Santé Internationale, et vérifiez-bien les petits caractères car certains contrats d’assurance interdisent la conduite à moto en Thaïlande (c’est rare).

Pour information, en 2019, la Thaïlande enregistrait le 2e taux de mortalité sur les routes le plus élevé au monde après l’Iran (plus de 20 000 personnes par an), et notamment, parmi les 2-Roues.

En tant qu’Expatriét(e), vous êtes dans l’obligation de posséder un Permis Moto Thaïlandais.

ASSUREZ-VOUS D’AVOIR UN PERMIS DE CONDUIRE APPROPRIÉ

Première chose à savoir : votre Permis de Conduire issu de votre pays d’origine n’est pas légal en Thaïlande pour conduire une moto (ni une voiture). Seul un Permis de Conduire International pour les Motos délivré dans votre pays d’origine a une valeur légale pour la Thaïlande. Evidemment, si vous êtes possesseur d’un Permis Moto thaïlandais, c’est encore mieux. Il satisfera officiellement le système juridique thaïlandais.

En tant qu’étranger, les magasins de Location de 2-Roues se feront un plaisir de vous louer un Scooter ou une Moto, en prenant soit votre Passeport (toujours un sujet de discussion délicat), soit une photo de celui-ci, quelquefois, accompagnée d’une Caution.

Pour les questions d’Assurance, la situation est assez floue. Les loueurs sont censés assurer leurs biens, mais lorsqu’il y a un accident, c’est au conducteur de gérer le problème. Dès lors, si leur véhicule est endommagé, vous devrez payer pour les réparations, ainsi que pour les dommages causés à un Tiers.

En gros, vous êtes entièrement responsable de votre propre santé si vous montez sur un(e) Scooter / Moto en Thaïlande. D’où l’importance d’avoir une bonne Assurance de Voyage ou Santé Internationale.

GARDEZ VOTRE VÉHICULE EN BON ÉTAT

Il va sans dire. Mais aussi robustes et fiables que sont les Scooters / Motos actuelles, elles fonctionneront mieux et plus longtemps si vous l’entretenez régulièrement et changez l’huile environ une fois par mois. La plupart de ces 2-Roues sont presque tous fabriqués au Pays du Sourire.

En plus de changer l’huile moteur, gardez un œil sur les pneus car la qualité des routes dans une grande partie du Royaume, en plus de la chaleur et l’humidité, risquent de les user rapidement. Et dans le cas où on vous changerait une roue, assurez-vous que les écrous et les boulons sont bien serrés… Les freins devront, également, être vérifiés (du fait qu’ils sont sollicités sans arrêt), même si ceux-ci semblent durer éternellement.

Enfin, il y a les feux avant et arrière qui sont votre meilleur moyen d’informer les autres conducteurs de votre positionnement. Pour information, les Thaïs adorent mettre les feux de route la nuit et ne semblent pas se soucier outre mesure qu’ils éblouissent les autres conducteurs.

Vous en avez à tous les prix. Il vaut mieux, quelquefois, dépenser un peu plus pour un meilleur casque qui offrira une protection supplémentaire dans le cas peu probable où votre tête entre en contact avec la route.

PORTEZ DES VÊTEMENTS ADAPTÉS

Ah ! Ces “Farangs” qui adorent conduire à cent à l’heure leur Scooter / Moto en petite tenue, généralement, en short ou en maillot de bain, torse nu, exhibant fièrement leurs muscles, sans casque sur la tête, en Tongs ou pieds nus. En Thaïlande, c’est bien connu, on se sent invincible et libre de faire ce qu’on veut, surtout, dans la conduite d’un véhicule. Une fois sur 2, on retrouve les mêmes inconscients, bardés de pansements et boitant, après s’être “gamellés” lourdement contre l’asphalte… au grand plaisir des Hôpitaux Privés Thaïlandais qui font leur beurre avec les accidents de 2-Roues (et ce type de clients).

Vous serez certainement plus en sécurité avec quelques vêtements sur le corps. Un pantalon et une chemise à manches longues sont un bon début. Portez aussi des chaussures, elles vous protégeront bien en cas de chute.

Sans oublier, évidemment, le casque. Il est obligatoire (pour le conducteur et le passager) et pourrait vous sauver la vie ! Et même si 80% des Thaïlandais n’en portent pas (tout comme la plupart d’entre eux ne sont pas assurés), ce n’est pas une raison pour les copier. Combien d’étrangers sont morts du fait qu’ils n’avaient pas de casque.

Il faut savoir que la Police locale prend un certain plaisir à arrêter les étrangers. Très fréquemment, des barrages routiers, organisés par les commissariats des quartiers ont lieu. La plupart du temps, si vous ne possédez  pas de casque (ou de Permis de Conduire), vous paierez une amende de la main à la main (500 Bahts).

GARE AU “NIDS DE POULE” !

Même si les routes du Royaume se sont bien améliorées au cours de la dernière décennie, il y a une spécificité thaïlandaise (et d’Asie du Sud-Est) qui subsiste, et dont on se passerait bien : les fameux “nids de poule”, ces cavités dans la chaussée aux bords découpés qui se créent lorsque le revêtement routier s’effrite. Ils sont souvent la conséquence d’un manque d’entretien de la chaussée ou de prévoyance.

On en trouve partout, souvent à des endroits où il n’y en avait pas un la veille. Encore une bonne raison de ne pas coller une voiture devant vous. Alors que les pneus d’une automobile peuvent glisser aisément sur ces trous, votre Moto a de forte chance de s’arrêter brutalement et vous risquez de vous blesser sérieusement. Alors, ouvrez l’œil !

BOIRE OU CONDUIRE…

Bien entendu, c’est un lieu commun, mais on ne le dira jamais assez : ne prenez pas votre Scooter / Moto si vous avez bu ! Une grande partie des accidents de la route en Thaïlande sont dus à une prise excessive d’alcool. Et le nombre d’étrangers qui sont victimes de ce fléau ne cesse d’augmenter d’année en année. Les accidents  impliquant de l’alcool sont plus graves que les autres. D’après les études faites, le nombre de personnes tuées pour 100 blessés hospitalisés est de 23 pour les accidents avec alcool contre 10 pour les accidents sans alcool.

Même à petite dose, l’alcool agit directement sur le cerveau. Raison de plus pour ne pas ignorer ses effets et les rappeler :

  • Le champ visuel est rétréci,
  • La perception du relief, de la profondeur et des distances est modifiée,
  • La sensibilité à l’éblouissement est plus importante,
  • La vigilance et la résistance à la fatigue diminuent,
  • La coordination des mouvements est perturbée,
  • L’effet désinhibant de l’alcool amène le conducteur à sous-évaluer les risques et à surestimer ses capacités.

LA POLICE EST SEULE JUGE

Lors d’un accident, si vous avez heurté et blessé quelqu’un (qui plus est, un Thaï) ou endommagé un véhicule, vous devrez probablement payer. Maintenant, il y a la manière “officielle” et la manière “officieuse” de régler le problème.

Généralement, les policiers arrivent sur les lieux rapidement. Après avoir écouté les différentes versions de l’accident, ils vont décider qui est en faute et négocient souvent le montant à payer, également. Pendant longtemps, il se disait que la police thaïlandaise était toujours du côté des locaux, ce n’est plus le cas depuis longtemps. Par contre, si vous avez tort, il n’y aura pas moyen de discuter.

Si vous craignez que les Thaïlandais veulent régler à l'”amiable” un simple accident de moto, appelez immédiatement la Police Touristique ou votre Consulat ou votre Assureur local (dans le cas où vous êtes propriétaire de votre 2-Roues) ou votre Loueur (dans le cas où celui-ci est un Expatrié). La majeur partie des Thaïs ne sont pas assurés, et préfèrent éviter d’avoir affaire à la Police. Surtout, laissez votre véhicule en l’état, ne le déplacez pas.

En aucun cas, vous n’acceptez de payer quoique ce soit à quelqu’un avant d’avoir parlé, au préalable, à la Police Touristique. 

Entrer en conflit avec la police locale aboutira presque toujours à une issue qui n’ira pas en votre faveur (même si vous exigez de vous entretenir au Chef de la police).

Soyez patient et ne perdez pas votre sang-froid. Encore une fois, vous êtes dans un pays étranger, vous êtes juste un “hôte” (que l’on soit touriste ou Expatrié), et il faut respecter le fait que les choses se déroulent différemment ici.

Sources : The Thaiger et Kohlidays

4 réponses
  1. Lesage
    Lesage dit :

    Bonjour,
    Je souhaite faire une remarque sur le fait d’utiliser son klaxon avec son deux roues. Il est déconseillé de l’utiliser car les thaïlandais le prennent pour une agression. Vous vous attirez des foudres et la situation risque de se compliquer. A utiliser en dernier cas.

    Répondre
    • Bertrand_admin_kohsamui
      Bertrand_admin_kohsamui dit :

      Bonjour. Il est pourtant très utile d’en faire usage souvent. Les Thaïlandais qui conduisent en scooter (ou voiture) sont assez imprudents, voire négligents, et l’usage de votre klaxon permet dans beaucoup de cas la prévention d’un éventuel accident.

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Copyright - Jadea Co., td. Samui | website handcrafted with by Jadea-samui.com