Koh Samui : 2019, l’Année de tous les Dangers pour le Tourisme ?

Depuis le début de l’année, on sent une relative frilosité et un certain désenchantement de la part des Professionnels du Tourisme sur l’archipel de Koh Samui (et de la Thaïlande, en général..). Entre déception et inquiétude quant à une désaffection entre 20% et 30% au mois de Juillet des voyageurs étrangers (aux dires de certains…), l’ambiance est pour le moins morose. Les raisons semblent nombreuses et diverses : un Baht trop fort, dégringolade du nombre de touristes Chinois, crise économique et sociale de par le monde, le “Brexit” en Angleterre, les “Gilets Jaunes” en France, tension commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, plusieurs lois restrictives et contraignantes (ré)amorcées en 2019 dans en Thaïlande à destination des résidents et vacanciers étrangers, nombre de tués record sur les routes du Royaume, la pollution qui gagne du terrain…

Quant aux réseaux sociaux et les médias, on voit et entend tout et n’importe quoi : “Fake News”, rumeurs les plus folles, infos alarmistes, débats bouillonnants sur les Forums, photos sorties de leur contexte… Pour un certain nombre d’Expatriés travaillant sur Koh Samui, l’avenir s’annonce plus que maussade, tandis que pour d’autres, ce n’est qu’un cycle (comme c’est déjà arrivé par le passé), avec l’assurance que le territoire retrouvera une nouvelle dynamique dans un futur proche.

Alors, qu’en est-il vraiment ? Une chose est sûre, Koh Samui (tout comme la Thaïlande) demeure une destination qui passionne et fascine, elle ne laisse personne indifférent, faisant toujours le “buzz”, et rien que ça, c’est une bonne nouvelle !

Mais dans la réalité, la croissance n’aurait rien à voir avec celle que le Pays du Sourire a connu lors de la dernière décennie (entre + 7% et + 20% depuis 2010, 2014 étant restant une “année noire” avec le Coup d’Etat et une industrie du tourisme qui a dévissé de 6,54%). En effet, même si dans le premier semestre 2019, 19,9 millions  visiteurs étrangers (soit 2% de plus que 2018 à la même période) ont généré un revenu estimé à 1,04 milliards de Bahts sur l’ensemble du pays (soit +3% par rapport à la même période, l’année dernière), il semblerait que le taux d’occupation de la plupart des hôtels et Resorts de l’archipel de Koh Samui soient en berne : de – 10% à – 50 % (!) dans certains établissements au mois de Juillet.

UNE ANNÉE PLEINE DE CONTRASTES

Officiellement, plus de 2 000 Français résident sur Koh Samui à l’année et sont inscrits à l’Ambassade de France (et 13 000 en Thaïlande). Officieusement, ils seraient 2 fois plus nombreux. Un tel engouement prouve bien que l’île reste une destination de choix dans le cœur de beaucoup de (futurs) Expatriés. Jusqu’à présent, l’archipel a toujours connu un tourisme en pleine ascension (avec des fluctuations saisonnières), rehaussé par un choix en matière d’infrastructures hôtelières et sanitaires, d’activités, de lieux à visiter, d’excursions, de loisirs… remarquable. Sans compter une vie nocturne parmi les plus actives du Royaume.

Cependant, 2019 semble marquer le pas. Beaucoup d’hôteliers, de restaurateurs, d’agences de voyage et immobilières locaux se plaignent d’une certaine désaffection des touristes sur l’île depuis le début de l’année. A les écouter, le mois de Juillet serait même l’un des moins bons de ces 5 dernières années (même si le mois d’Août semble amorcer une embellie). Malgré cela, les avions à destination de Koh Samui sont pleins, tandis que l’Office du Tourisme de Thaïlande déclare à grand renfort d’annonces que le seuil des 40 millions de visiteurs étrangers sur le sol siamois devrait être dépassé cette année (soit une hausse de 2% par rapport à 2018).

ACCUMULATION D’ÉVÉNEMENTS

Les mauvaises nouvelles n’ont pas manqué ces derniers mois : tout d’abord, les visiteurs Chinois qui continuent de bouder la Thaïlande (avec une baisse de 4,3% entre Janvier et Mai 2019 et de 12% pour le mois de Juin 2019, par rapport à la même période en 2018), suite au naufrage survenu en 2018 à Phuket et qui a provoqué la mort de 41 de leurs ressortissants et 15 disparus, suscitant une émotion phénoménale en Chine et une méfiance grandissante en matière de sécurité en Thaïlande.

C’est d’autant plus navrant que le Royaume a fait du “tourisme Chinois” son cheval de bataille (avec entre autre, une Exemption sur les frais de Visa pour tous ses ressortissants dès leur arrivée sur le sol siamois), et que ces voyageurs représentent 27% des étrangers qui viennent passer des vacances sur le territoire, y séjournant toute l’année (à la grande différence des Occidentaux qui sont plus “saisonniers”). Un manque à gagner certain pour le tourisme local, et notamment, pour les professionnels de l’hôtellerie de Koh Samui (et la Thaïlande) qui ont du trouver la parade pour palier à ce ‘”trou d’air”, en cassant les prix.

Autre phénomène négatif qui a impacté sur la “destination Koh Samui”, le Baht qui atteint des sommets depuis plusieurs mois, par rapport à l’Euro, notamment. Actuellement, le taux de change dans les banques de l’archipel oscillent entre 33 Bahts et 34 Bahts pour 1 Euro. Evidemment, ce taux de change a provoqué une baisse dans le pouvoir d’achat de nombreux vacanciers issus des pays de la CEE qui auraient tendance a faire plus attention en matière de sorties et autres excursions, surtout lorsqu’on séjourne en famille.

Et que dire des réservations d’hôtels et des Locations de Vacances dans les hébergements locaux… Encore une fois, les professionnels de ce secteur, ainsi que les Propriétaires de biens locatifs ont du réactualiser leurs tarifs à la baisse pour attirer les voyageurs, l’offre étant pléthore par rapport à la demande sur Koh Samui (ce qui en soit, n’est pas négatif, le voyageur n’ayant que le l’embarras du choix). Quand aux futurs Expatriés qui souhaitent acheter un bien immobilier sur l’île, la hausse du Baht n’est, assurément, pas une bonne nouvelle. Aussi, beaucoup d’étrangers ont trouvé la parade, en attendant que l’Euro reprenne des couleurs, ils se tournent vers la Location Longue Durée, en escomptant des jours meilleurs.

Cependant, une fois dans l’archipel de Koh Samui (et en Thaïlande), l’appréciation du Baht n’a que peu d’incidence pour les touristes, notamment, dans leur vie quotidienne, du fait qu’ici le coût de la vie y est toujours plus bas que dans la plupart des pays occidentaux. Les marchés typiques et la “Street Food” ont toujours de beaux jours devant eux… Quant aux Retraités installés sur l’archipel et qui touchent leur pension dans leur monnaie d’origine, ils commencent à s’inquiéter de voir le montant de celles-ci se réduire comme peau de chagrin.

Aux dernières nouvelle, la Thaïlande a abaissé son loyer de l’argent, pour faire face à un risque de ralentissement économique dans un contexte mondial d’incertitudes, liées, entre autre, à la guerre commerciale entre Pékin et Washington. Peut-être, une respiration pour les étrangers avec l’espoir, dans un futur proche, d’un Baht plus abordable.

Des actions qui ont écorné l’image du Pays du Sourire tolérant, où il fait bon vivre.

D’autres facteurs ont joué un rôle prépondérant dans le “désamour” relatif que subit l’archipel de Koh Samui auprès des touristes, actuellement :

Les “Gilets Jaunes”, le “Brexit”, la pollution sur Bangkok et le Nord de la Thaïlande, la guerre commerciale fratricide qui opposent les Etats-Unis à la Chine (mais aussi à l’Europe, l’Asie, le Mexique, le Canada…), la politique répressive du Royaume en matière de sécurité routière après des décennies de laisser aller (la Thaïlande détient le triste record du monde en matière de morts sur les routes) avec l’obligation, à présent, pour les étrangers de posséder un Permis International (et dans le cas contraire, des amendes allant même jusqu’à l’emprisonnement pur et simple), la concurrence très agressive en matière de tourisme de la part des pays limitrophes du Royaume (tels que le Cambodge avec ses Casinos qui affolent les Chinois et tous les Asiatiques, le Vietnam avec ses mesures en vue d’alléger sa politique de Visas, le Myanmar et ses splendeurs qui sont en train de s’ouvrir au plus grand nombre…), sont autant de raisons pour lesquelles l’industrie du Tourisme au sein de l’archipel de Koh Samui (et de la Thaïlande) a connu un vrai trou d’air en 2019.

DURCISSEMENT DE CERTAINES MESURES POUR LES ÉTRANGERS

Cependant, un autre événement a perturbé l’industrie du tourisme de Koh Samui en 2019 : le durcissement en matière de Visa, que ce soit pour les Touristes, mais aussi les Retraités et les Expatriés qui travaillent dans l’archipel (et en Thaïlande, en général). Depuis quelques années, impossible d’obtenir un Visa Touristique Double Entrées pour la Thaïlande en partance de la France, sans au préalable, apporter la preuve que l’on possède 1 000 Euros sur son compte en Banque et que l’on détient une Confirmation de Vol Retour dans une période de 60 jours. Quand aux Retraités étrangers qui désirent séjourner pour une longue période dans l’archipel, depuis peu, ils sont dans l’obligation de contracter une Assurance Santé thaïlandaise ou étrangère (sous conditions).

Mais ce n’est pas tout, depuis Mars 2019, outre le fait que la somme de 800 000 Bahts soit obligatoire pour tout obtention ou renouvellement d’un Visa “O-A” – Retraite , l’argent doit rester sur le compte bancaire thaï au moins 3 mois après la date de prolongation, tandis qu’un solde de 400 000 Bahts devra être crédité, par la suite, en permanence (ou 65 000 THB par mois). Pour les Expatriés qui désirent travailler et créer leur entreprise ou commerce en Thaïlande, les démarches administratives en vue d’obtenir leur “Visa B” (“Business”) sont devenues plus tendues, notamment, lors de la création d’une société thaïe, passage obligé pour pouvoir posséder une affaire ou un bien immobilier dans le Royaume.

Enfin, “cerise sur le gâteau” : dernièrement, les autorités thaïes ont décidé de remettre sur les rails, une ancienne Loi d’Immigration datant de 1979, obligeant tout étranger qui se déplace à travers le Royaume pour une durée supérieure à 24 h (en dehors de sa province de résidence) de le signaler aux services de l’Immigration le plus proche. Dans le cas contraire, celui-ci sera passible d’une amende pouvant varier de 5 000 Bahts à 10 000 Bahts. Cette nouvelle a provoqué, aussitôt, l’incompréhension et la consternation parmi la Communauté des Expatriés étrangers (et même les Thaïs) qui a décidé de publier une Pétition en Ligne afin de protester auprès des autorités locales pour qu’elles assouplissent cette règle que beaucoup jugent obsolète et contre productive.

Quant aux Propriétaires Étrangers de Biens Locatifs en Thaïlande, ils sont, dorénavant, dans l’obligation de consigner tous locataires qui demeurent dans leurs hébergements au service de l’Immigration, quelque soit la durée de leur séjour (c’était déjà le cas pour les hôtels).

Une autre affaire qui n’a pas plaidé en faveur du tourisme local en 2019, c’est l’interdiction de fumer sur certaines plages de Koh Samui (et de Thaïlande), sous prétexte d’éradiquer la pollution maritime. Et que dire du brouhaha médiatique international causé par l’interdiction de consommer la Cigarette Electronique dans tout le pays, et surtout, des mesures répressives vis-à-vis de tout utilisateur. On a encore à l’esprit la déconvenue de cette touriste française qui a passé plusieurs jours en prison pour avoir utilisé une vapoteuse et son témoignage glaçant.

UN POTENTIEL ET DES ATOUTS A DÉFENDRE

Alors, l’avenir s’annonce-t-il si sombre ? On peut parier que Non. Quand on sait que l’industrie du Tourisme représente 17% du PIB de la Thaïlande, on se doute que le pouvoir en place ne va pas détricoter cette “poule aux œufs d’or”. Déjà, l’Office du Tourisme s’est fixé comme objectif pour l’année 2020 d’accroître de 10% les revenus liés au tourisme en misant sur une stratégie de communication de longue date consistant à cibler les visiteurs “de qualité” en proposant des destinations moins connues, à l’écart du tourisme de masse.

Vue de Koh Samui, cette industrie très lucrative pour l’archipel, semble être en pleine mutation. Les voyageurs recherchent des hébergements qui allient un bon rapport qualité / prix avec un très grand confort et un service à la Carte, tout en les faisant rêver (avec vue sur la mer, de préférence ou sur la cocoteraie, loin des regards indiscrets). Ils souhaitent des activités et des circuits plus personnalisés et privatifs, en dehors des sentiers battus, éloignés des sempiternelles excursions à travers l’île ou les tours en bateau déjà vues et revues 10 fois. L’archipel de Koh Samui est une destination dépaysante à souhait, toujours très recherchée et appréciée des Vacanciers et Expatriés, avec ses grandes plages de sable blanc, son climat tempéré, ses marchés typiques, ses nombreux loisirs, sa vie nocturne endiablée… L’île possède un potentiel considérable, à juste titre, et de très nombreux Atouts. Les principales chaînes hôtelières de luxe internationales ont pignon sur rue et plusieurs Hôpitaux aux Normes et Confort Occidentaux se sont installés ici.

Aux autorités locales de faire en sorte, maintenant, que l’île ne se transforme pas en une nouvelle destination “bétonnée”, au même titre que Pattaya ou Phuket. Au dire de certains (les nostalgiques qui ont connu ce territoire dans les années 70/80), elle aurait tendance à en prendre quelque peu le chemin.

Tout cela, afin d’attirer en son sein les “Beautiful People”, la clientèle à grand pouvoir d’achat, notamment, les touristes Chinois qui ont une grande soif de découverte et de consommer. Cependant, d’autres ouvrages sont à mettre en place rapidement pour installer Koh Samui en position de nouveau leader du tourisme international (repenser entièrement le tout à l’égout, le ramassage des ordures, la remise en marche de l’usine d’incinération des déchets, le nettoyage régulier des plages, la construction d’une Marina (une Arlésienne, dont tout le monde murmure la construction prochaine depuis 10 ans…), la création d’un nouvel aéroport (autre serpent de mer…), la récupération des eaux usées, la rénovation du parc routier à certains endroits, la préservation de la faune et flore maritimes..).

Les 10 prochaines années seront cruciales pour l’île qui se veut, de plus en plus, une destination de luxe dans un environnement de rêve. Dés lors, Koh Samui se trouve à un carrefour. Les autorités locales l’auraient bien compris qui souhaiteraient faire monter en gamme cette destination populaire. Dans cet optique, de nombreux travaux de rénovation et d’embellissement ont été lancés depuis quelque temps : la route principale qui délimite l’île est en train d’être rafraîchie, les installations électriques sont renforcées, d’autres nouvellement créées, des espaces commerciaux de luxe ont été construits à Chaweng et Bophut, tandis que nouveaux Hôtels de Prestige voient le jour.

Mais 2019 n’est pas encore terminée, loin de là ! Déjà Août s’annoncerait meilleur que les mois précédents. Alors, comme aiment à redire toujours les Thaïlandais : concernant cette crise, “Mai pen Rai”, “C’est pas grave”.

Sources : Le remarquable Article de LePetitJournal.com et Kohlidays

LES ENJEUX POUR L’AVENIR

Préserver les beautés naturelles de l’île, tout en développant sont parc hôtelier et urbanistique : le challenge est de taille, à n’en pas douter. Koh Samui va devoir faire les (bons) choix qui s’imposent pour que perdure la magnificence de la Perle de la Mer de Chine et qu’elle puisse continuer d’illuminer de sa beauté le Sud de la Thaïlande. Elle en a la capacité et la force.

Penser à long terme et non pas à court terme, voilà le plus gros défi à relever pour tous les habitants et les Professionnels de l’Immobilier de Koh Samui.

Surtout que la concurrence des pays voisins se fait de plus en plus ressentir. Pendant très longtemps, la Thaïlande a vécu sur ses acquis avec des infrastructures hôtelières parmi les meilleures au monde et un savoir faire unique. A présent, la situation n’est plus la même, de nombreuses nations asiatiques sont sur les starting-block, prêtes à en découdre, et à proposer des opportunités qui allient détente et qualité à des coûts remarquables. En outre, le goût des Touristes et Expatriés en matière de voyage évolue, souvent de manière imprévisible et instable… selon les modes, l’humeur du moment, les événements. Koh Samui et son archipel doivent se tenir prêts à s’adapter et à se développer, mais sans perdre leur âme.

De nouveaux marchés très lucratifs sont en train de pointer leur nez : les touristes chinois voyageant en individuel et, surtout, le marché indien (nouvel Eldorado pour le tourisme). Les autorités thaïlandaises tablent d’ici à 2028 sur 10 millions de visiteurs indiens, et plus de 20 millions de Chinois, soit respectivement 15% et 30% des visiteurs annuels.

Selon les prévisions du “World Travel & Tourism Council”, le nombre de voyageurs étrangers se rendant en Thaïlande pourrait augmenter de plus de 60% d’ici 2029, soit 65 millions de touristes, autant que la population actuelle du Pays du Sourire.

5 réponses
    • Pierre Pampini
      Pierre Pampini dit :

      Bonjour Patrice,

      Désolé de vous contredire, mais oui, ce type d’événements (Gilets Jaunes et Brexit et leurs conséquences sur le plan national) a joué un rôle non négligeable sur les réservations de cet été, notamment, pour un séjour en Thaïlande. Voici un extrait d’un article paru il y a quelques jours sur “LePetitJournal.com”

      “… Après un bond de 6,3% en janvier et juin, l’été voit une diminution de 22% de clients ayant réservé via une agence de voyages selon le Syndicat des Entreprises du Tour Operating en France (SETO). Par rapport à 2018, nous observons une baisse de 10 à 15% de réservations” explique Nathalie Delevaux, directrice des opérations chez Asiajet, une agence de voyages spécialisée sur l’Asie du Sud-est. Fin 2018, nous étions en pleine croissance avec une augmentation de 40% de réservations, nous pensions pouvoir continuer sur 2019, mais en mars, avril et, mai nous avons subi une baisse de 20%, l’été s’annonce stable” ajoute Ben Lefetey, directeur de l’agence de voyage Thaïlande Autrement. Selon le “SETO”, le contexte social et politique français est pointé du doigt dans les prises de commandes qui n’ont retrouvé leur croissance qu’à partir du mois d’avril et de mai après une baisse pendant la saison hivernale.”

      On note une baisse des réservations concernant les Anglais, suite au Brexit et, notamment, sur les répercutions sur la Livre Sterling qui a été pas mal chahutée ces derniers temps et qui est à son cours le plus bas par rapport au Baht qui est à son cours le haut.

      Bien cordialement

      Répondre
      • Descaillaux Catherine
        Descaillaux Catherine dit :

        Bonjour Pierre, comme toujours nous lisons avec un vif intérêt ce qui se passe à KSM et merci pour toutes les informations que vous nous transmettez. En ce qui concerne la baisse du tourisme en Thaïlande, il y a peu nous avons reçu l’information suivante que les propriétaires d’un appartement n’ont pas le droit de louer leur bien pour des durées de moins de 1 mois ! selon texte ci-dessous :
        Cette annonce s’adresse aux copropriétaires qui louent des unités à court terme, moins de trente jours au sens de la loi.
        Des articles de presse et des discussions en ligne ont récemment été publiés sur des particuliers et des sociétés de gestion louant des logements en copropriété pour une utilisation à court terme. Le bureau du gouvernement nous a informés que cette loi, jusque-là ignorée, interdisant la location de copropriétés pour une utilisation à court terme, sera rigoureusement appliquée dans les prochains mois.
        Si vous répertoriez votre unité, en utilisant airbnb, d’autres sites de voyage en ligne, un courtier ou une société de gestion, une licence d’hôtel de type 1 sera requise. Des informations supplémentaires peuvent être trouvées sur ce sujet à l’adresse:
        https://www.bangkokpost.com/business/1470749/short-term-leasing-in-condominium-getting-it-right

        Je vous remercie ainsi que toute l’équipe.
        Jacky et Cathy

        Répondre
    • Pierre Pampini
      Pierre Pampini dit :

      Bonjour Ludovic, merci beaucoup pour votre message. Oui, il vaut mieux, ne serait ce que dans le cas où il y a des barrages policiers. Les loueurs de véhicules locaux ne sont pas très regardant, mais il vaut mieux se prémunir, surtout, que les autorités ont décidé qu’il était obligatoire d’avoir un permis international pour conduire un véhicule en Thaïlande.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Copyright - Jadea Co., td. Samui | website handcrafted with by Jadea-samui.com