Une Société très hiérarchisée

Lorsque l’on arrive pour la première fois sur l’archipel de Koh Samui, on est surpris par la hiérarchisation des relations entre Thaïs. En effet, à la différence des pays occidentaux, dans la société thaïlandaise, les relations sociales sont souvent définies par l’âge, la richesse et le pouvoir personnel ou politique de l’individu. La hiérarchie y tient un rôle très important, avec son mode fonctionnement et des codes très spécifiques issus de la Monarchie Absolue. Surtout, elle demeure la colonne vertébrale de toutes les institutions du Royaume, que ce soit sur le plan familial, religieux ou du travail.

L’âge joue aussi un rôle important dans la hiérarchie thaïe, le respect vis à vis d’une personne plus âgée est très ancrée dans les coutumes. Une sorte de relation de “maître à élève” va dès lors s’instaurer. L’usage veut que le plus vieux s’adresse au plus jeune en employant le terme “Nong”, tandis que son cadet utilisera le mot “Pii”, par égard à lui.

“PHU NOI” ET “PHU YAI”

Bien qu’il n’y ait pas de système de castes en Thaïlande, la société est très hiérarchisée. Au sommet, se trouvent la religion et ses représentants, puis, le Roi et la famille royale. Ensuite, le statut est défini par plusieurs paramètres dont les plus importants sont l’âge et le rang social. Ainsi, il existe une très forte hiérarchie sociale et familiale. Les “Phu Yaï”, ainsi appelées sont des personnes importantes par rapport aux “Phu Noi” ( les personnes “subalternes”) : les secondes doivent montrer de la déférence envers les premières.

Cette différence est une forme de respect établie depuis des siècles, qui date de l’époque du Royaume du Siam. La richesse, le pouvoir, le savoir permettent de définir son appartenance aux “Phu Yaï”. Cette définition se fait toujours entre 2 ou plusieurs personnes, de manière non figée : les adultes par rapport aux enfants, les patrons par rapport à leurs employés, les professeurs par rapport à leurs élèves, les militaires par rapport aux civils, les Thaïs par rapport aux non-Thaïs…

D’autre part, les “Phu Yai” ont l’obligation de prendre soin des “Phu Noi” en leur offrant une assistance et des faveurs dans le cadre de leurs relations. Cette définition de l’échelle sociale a tendance à disparaître, au profit de la notion “Phu Mi Hitiporn”, personnes possédant un pouvoir politique et économique pas toujours très clairement acquis… En résumé, une sorte de Parrain !

UN SYSTÈME DE LEADERS

Dans la culture thaïlandaise, les décisions sont prises par la haute direction. Le pays a été gouverné pendant des siècles par une Monarchie Absolue, puis a expérimenté la démocratie sous la gouverne d’un Monarque Constitutionnel, ce qui explique que les Thaïlandais ont toujours été dirigés par les rois et leurs mandataires. Même après le passage à la démocratie, les Thaïlandais comptent encore sur les “leaders” du gouvernement ou toute organisation pour les diriger, prendre les décisions pour eux. La corruption dans les systèmes politique et bureaucratique est assez répandue. Par conséquent, la plupart des décisions sont prises à partir du haut et transmises aux employés subalternes suivant la chaîne de commandement hiérarchique qui les exécutent ensuite. De cette façon, personne n’assume la responsabilité, sauf les leaders qui sont soit craints soit hautement respectés. De toute façon, personne n’ose remettre leurs décisions en question.

Le système change, quoique lentement, et plu particulièrement dans les secteurs utilisant une main-d’œuvre plus instruite. Les cadres intermédiaires jouent maintenant un rôle plus grand dans le processus de prise de décision. La délégation des pouvoirs n’est pas une pratique courante, mais elle s’impose peu à peu, avec des résultats variés. Il est donc acceptable de consulter votre supérieur immédiat pour obtenir des réponses à vos questions ou une rétroaction, mais la pertinence de la réponse ou de la rétroaction que vous obtiendrez dépendra du leadership de votre supérieur, de ses connaissances et de son expérience.

MARQUE DE RESPECT ET DE POLITESSE

Lorsque les Thaïlandais parlent à des personnes ayant des fonctions respectées ou occupant des postes élevés dans la hiérarchie, ils ont tendance à baisser la tête durant la conversation ou à n’avoir qu’un contact visuel occasionnel. Une telle attitude est perçue comme une marque de respect, et non comme une expression de culpabilité. Enfin, lorsque les Thaïlandais passent devant une autre personne, ils ne s’excusent pas oralement mais se courbent en guise de politesse.

Lorsqu’un élève ou un étudiant va voir un professeur dans son bureau, il s’agenouille souvent afin que sa tête ne soit pas plus haute que celle de l’enseignant. Les Thaïs font attention à ne pas se positionner plus haut que leur interlocuteur.

Source : Kohlidays

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Copyright - Jadea Co., td. Samui | website handcrafted with by Jadea-samui.com